mardi 20 octobre 2020

Road movie vers le Berry .....

 Un périple jardins plutôt  mouvementé que celui de cette année 2020  .Annulé, reporté , amputé d'une partie de son programme , nous voici enfin repartis sur la route des beaux jardins vers le Berry .

Nous , c'est à dire Catherine et Eric du  Duo Jardin , Hélène  Rouge Cabane , Florence l’œil et la main , et nous mêmes , petite équipe rebaptisée pour l'occasion "le club des grenouilles " .


 

On s'arrête au Domaine de Poulaines  , notre lieu de rendez vous pique nique et bavardages , bienheureux de se retrouver enfin après cette si longue séparation .


 

Valérie Esnault a su redonner un dynamisme à ce parc de 25 ha , en créant différents jardins autour du grand manoir . Et pour se faire, après des tentatives infructueuses , elle fit appel à Pierre Joyaux pour les dessins , Claudie et Gérard Adeline, pépiniéristes collectionneurs et Christian Courreau , spécialiste de la taille en nuage . 

Malus transitoria

 

Roseraie, chemin d'eau , gloriette , jardin bouquetier, collections d'arbres, arboretum , l'aboutissement d'un travail qui mena à la récompense de 'jardin remarquable "  en 2014.

 


 

Le jardin  des Dietz , aux artistes dédié .


 

Quelle chance nous avons eu de pouvoir visiter ce jardin avant sa fermeture ! Merci infiniment à Nicole Delange de nous avoir reçu en plein déménagement .

Les petits pêcheurs de cobalt Hubert Gasnier

 

Ce jardin de 5000 mètres carrés est un jardin que je qualifierais d'intimiste , avec ses petits sentiers paysagers, son coin zen aux nombreux érables ,  topiaires et rosiers . Jardin d'artistes assurément , Nicole ayant une passion pour la céramique , parsemant le jardin d’œuvres personnelles et  céramistes renommés du Berry. Une émotion particulière sans doute de savoir que nous serons les derniers visiteurs de ce magnifique jardin .

 


 

Et puis le jardin de Marie , celui que  je rêvais de découvrir depuis bien longtemps  .

Un moment un peu surréaliste quand le rêve devient réalité  . Que l'accueil fut chaleureux ! 


 

Généreuse Marie Marcat , disponible , naturelle , semblable à son jardin ! Cela est d'une telle évidence que cela pourrait paraitre banal , mais voilà !!! Marie avait tellement peur de nous décevoir après cet été si sec qu'il nous a fallu de nombreux arguments pour obtenir cette faveur .Merci encore à elle ! L'un de mes meilleurs moments dans un jardin visité ! Un pur bonheur ! Une seconde visite au printemps en prévision ? Je croise les doigts .



Je vous renvoie sur le superbe article de Duo Jardin pour découvrir ce "jardin remarquable " .

 

Larix décidua pendula

 

On ne pouvait pas manquer  l'arboretum Adeline avant de repartir  , un incontournable pour découvrir des collections exceptionnelles , témoins d'une époque en pleine mutation avec les aléas climatiques . 

Crataegus x grignoniensis

 

Alors bien sûr nous avons noté , noté , noté .... des noms de spécimens qui pourraient... éventuellement ...et puis il a fallu épurer la liste une fois rentrés dans notre petit jardin !!!!😒😒


 

Ainsi se termine le périple jardins du "club des grenouilles " pour 2020 ! 

Petit clin d’œil  à notre confortable location " le gîte des grenouilles" à Neuvy Deux Clochers que je recommande pour son calme et sa vue sur le panorama  du Berry .

samedi 3 octobre 2020

Au gré du jardin se reprend en main

 L'automne a du bon qui redynamise le jardin et les jardiniers grâce à la pluie bienvenue.

Un  rappel aussi d'une amie jardinaute " cela fait trois mois que..." Oui le temps a passé, le temps d'été , le temps de la sécheresse , le temps d'une pause ...

On repart du beau mois de juin ? Je vous avais laissé au bord de la mare ; j'espère que vous y avez passé un bon moment les pieds dans l'eau pour vous rafraichir .

Juin ,ses sauges et ses dahlias si tôt dans la saison ...



 

Les hydrangéas eux aussi hâtifs au meilleur de leur forme .Profitons en vite, cela ne durera pas ;nombreux  seront grillés par la torche brûlante du vent chaud de l'été .



Joli tableau que celui du buddleia , cotinus Grâce et alliums


 

ou celui des campanules Sarastro et linaria , deux plantes familières dans notre jardin.


 

14 juillet , à défaut de feu d'artifice , une gerbe d'étincelles or se dépose au sol .L'un de nos bouleaux d'une trentaine d'année perd toutes ses feuilles sur les deux tiers de sa hauteur .


 

Des feuillages roussissent , est ce l'automne ?


 

Les fushias ne s'en laissent pas conter, impassibles, ils fleurissent comme à l'ordinaire 


 

L'hydrangéa Phantom , un de seuls à tenir vaillamment la note blanche.


 

Dans le massif Brahma  l'aster Monch maintient le tempo depuis juin , encore présent ce jour .Deux arrosages par mois dans ce massif très paillé cet hiver .


 

Aout : Malgré quelques pluies , les arrosages ne suffisent plus et le jardin s'épuise .Quelques zones privilégiées par un goutte à goutte s'en sortent mieux mais les floraisons s'étiolent .

Seuls ces nénuphars , cadeaux de l'été , nous émerveilleront . Quelle beauté !



A bientôt ...pour Septembre le mois des rencontres .


vendredi 19 juin 2020

Quand la mare se mire ....(3)

Côté le plus ombragé

Février 2019 , la rénovation de la mare fut un grand chantier , "The" grand chantier de l'année menée de main de maitre .Cela faisait bien nu à l'époque !

Quelques mois après , Jean luc ramenait de ST Jean les plantes carnivores dont je vous avais promis un retour après l'hiver.Voir l'article içi.
Certes, cet hiver fut doux mais néanmoins :
Les 6 sarracénias ont repris leur forme haut la main, une seule a fleuri pour le moment .

Les 3 droséras ont bien poussé , pas de problème non plus.
Mais les Dionaea ont disparu , vous vous rappelez ce sont les "gobe mouche ". Dommage !

Les abords de la mare se sont bien végétalisés , rien qu'un an après , le rendu est bien visible..
Géum chiloense "Lady Stratheden" qui refleurit.

Les géum qui ne se sont jamais très bien installées dans notre jardin ont l'air d'apprécier leur nouvel endroit Deux refleurissent  en ce moment .Il faut dire que le temps leur est propice .

Les astilbes et fougères ont adopté l'endroit .Une tendresse  spéciale pour la belle woodwardia unigemmata qui lance ses grands frondes persistantes rouge bronze. Cadeau de Jérôme Goutier lors de la visite de la Bizerie .Une merveille ! (Le jardin et la fougère ).


De nombreux carex et acorus "Ogon" issues de  divisions peuplent les rives mais aussi ces fascinantes petites graminées  , Scirpus cernuus (Isolepis cernua) les herbes aux perles .

Les nénuphars commencent tout juste leur floraison .

J'adore cet endroit , l'un de mes préférés avec le "jardin secret" , un endroit propice à la lecture et  au farniente.

Dernièrement , dans la grande vasque , trois plantes ont pris place :
Un actéa "Carbonella ", un farfugium japonicum crispum et le fatsia "Spider's web " qui périclitait dans un endroit trop sec pour lui. Espérons qu'elles ne se fassent pas trop concurrence .
Dans l'autre vasque , nous avions mis un acer à l'automne qui a  du être déplanté en catastrophe pendant l'hiver .La pluie l'avait complètement noyé .Il n'a plus qu'une branche ! Mauvaise installation pour lui .A revoir.....
Une petit nouvelle , l'Osmonde regalis purpuréa
Ainsi , petit à petit s'étoffe la mare , le point de mire d' Au Gré du jardin !

mardi 2 juin 2020

J'aimerais un jardin de roses parfumées ....

J'aimerais un jardin de roses parfumées ...
Madeleines de Proust du jardin parental...
En face : Mme Alfred Carrière .A droite : Neige d'Avril

Extrait d'un poème que j'avais fait au début du blog, se pourrait il que ce rêve devienne réalité ?
En tout cas, ce printemps délirant me laisse le supposer .
Et si toutes les roses du jardin ne sont pas parfumées, il s'en diffuse  néanmoins de suaves effluves.
Neige d'Avril

Ce printemps n'a rien d'un printemps habituel et pour une fois , c'est Mme Alfred Carrière qui a pris une bonne avance dès le début Avril , devançant d'une bonne quinzaine Neige d'Avril qui enfin justifie son nom .
Mme Alfred Carrière toujours en fleurs début juin.

Ce sont les lianes et les grimpants qui assurent toujours au "Gré du jardin " , la façade nord de la maison représentant les plus anciens rosiers .Si je vous les montre chaque année , j'avais omis le très piquant et très opulent "Félicité et Perpétue " , un arriviste qu'il nous faut tailler plusieurs fois par an pour réfréner son enthousiasme .
De gauche à droite :Félicité et Perpétue, Veilchenblau , etc...

La nouvelle allée des roses qui sépare le jardin des Délices du jardin des Supplices commence à prendre forme et je puis me permettre maintenant de   rêver d'un ciel de roses.

Ce sont Paul Transon et Maxime Corbon qui sont les premiers de cordée , tirant à eux leurs compagnons moins aventuriers .mais qui affirment néanmoins une belle  assurance .
Marietta Sylva Tarouca


Roville

Dans le massif Brahma , plus punchy est "Joseph' s Coat qui reprend de la vigueur après un changement de place nécessaire .
Nos rosiers sont tous sur porte greffe pour terre calcaire .Dommage qu'il n'en existe pas un pour terre également très drainante qui ne retient pas l'eau . La gageure est de taille !
Pour revoir les rosiers présentés les années précédentes, n'hésitez pas à cliquer dans la rubrique "rosiers" .

jeudi 7 mai 2020

Une nouvelle perspective....


Lors d'un article récent , j'avais évoqué ce nouvel intérêt que je portais aux perspectives , lors des visites de jardin .Je mesurais alors combien ces trouées lumineuses  nous donnaient l'envie d'aller vers d'autres horizons , et par là même, je déplorais bien souvent de n'avoir pas eu de talent paysagiste pour y penser au début du jardin.

Et puis , ce printemps, la déambulation dans l'allée des lilas a pris brusquement une autre dimension.
Les photos prisent en cascade ont révélé une ouverture vers le fond du jardin qui mène à la prairie naturelle , où se trouvent les ruches.

J'en suis restée saisie et perplexe: Mais comment se fait il que je ne l'avais jamais repérée ,ni prise en photo??? Les jardiniers du "Gré du jardin "se sont posées de multiples questions .Jusqu'au moment où il nous est revenu à la mémoire (pauvre mémoire ! ) que cet hiver, une tempête avait coupé en deux le vieux buddléia , le mettant à terre. Et c’est exactement cet endroit qui ouvre sur cette nouvelle perspective.

Vous n'imaginez pas combien je suis heureuse de cet hasard. Alors que l'on se demandait déjà que mettre à sa place , il n'en est plus question dorénavant .
Du côté gauche , lorsqu'on la remonte , se trouvent les lilas, en bordure du champ.
Du côté droit , nous avons créé un massif en courbe au pied d'arbres anciens .Je vous détaille quelques floraisons.
A droite du Cercis "Heart Gold" Erysimum "Constant Cheer"
Calycanthus "Aphrodyte" sur fond de Fagus tricolor
Digitalis Obscura
Rosier Dynastie

Le tout début de l'allée des lilas où l'on ne peut deviner cette trouée lumineuse .
Sur la droite Kolwizia "Maradco " et Fagus tricolor

Et juste à cet angle , en se positionnant sur la gauche , on la devine ....

Au milieu , se trouve une allée transversale trop visible de cet endroit .La stipa géante, plantée il y a un an, a poussé vite et crée un léger masque , dissimulant  le grand bassin .
Stipa gigantéa , Salvia microphylla "Ribambelle", Rosier "Eclats d'Ambre "encore tout jeune , Cercis "Heart Gold"

Une nouvelle perspective qui a changé cette allée  , quelle belle surprise !