mardi 18 septembre 2018

L'essentiel de l'été .


Deux mois sans parler du jardin , cela ne m'était jamais arrivé depuis l'ouverture du blog .
Baisse de motivation , impression de montrer toujours les mêmes photos , certainement.
Mais cet été très sec , épuisant pour les plantes et la jardinière n'y est pas étranger.
Cependant , il faut minimiser et prendre du recul .
Car l'essentiel n'est il pas d'avoir pu profiter de ce bel été pour le farniente, recevoir les amis et la famille , prendre les repas à l'extérieur , se dépayser quand on le peut ?
Bouder ce si bel été serait un comble . Et un été pluvieux aurait bien gâcher le plaisir .
C'est ainsi que je sors de ma bulle estivale pour vous montrer l'essentiel du jardin, ce qui a réjoui mes yeux au cours de  ces deux derniers mois .

Mi juillet dans le "secret garden"

La plupart des  hydrangéas paniculatas , démarrés très tôt avec les pluies du printemps , sont passés dès fin juillet en mode "crème brûlée " avec le vent chaud d'été ,  On leur pardonne , on les aime tant .Sans explication , certains le long du mur Nord de la maison , ont refait des fleurs épisodiquement. Et bizarrement , les fleurs des  macrophyllas sont restés bien présentes. L'anarchie complète!



Parmi les rosiers , très peu de remontées malgré les arrosages une fois par semaine .
"Mme de Montespan" que les chenilles avaient dévasté au printemps a opéré une superbe remontée début juillet , réitérée en ce moment . On appellera ça "l'effet chenille " mais il a bien gagné sa médaille d'or de l'été 2018.


Les hémérocalles ont été fabuleuses , trouvant  des conditions idéales pour elles cette année .


Naissance d'une première fleur d'un bébé offert en cadeau , moment d'émotion!Merci François!



Deux valeurs sûres ont enchanté le jardin , le g. "Patricia"  que l'on trouve à plusieurs endroits  a fleuri tout l'été .Les abélias, à l'inverse des spirées , n'ont pas démérité , sobres et lumineux été comme hiver.



Grosse surprise dans le massif Brahma , les Thalictrum , exposés maintenant plein soleil après la disparition des deux grands conifères , ont fleuri également sans problème , offrant un spectacle permanent . Tout ce massif est arrosé une fois par semaine et bien paillé.
Le cornus Kousa  sera déménagé  cet hiver , ayant échappé de peu à une mort tragique, trop exposé dans cet endroit .




Dans ce massif également , aura sa médaille de longévité l'aster "Monch" , encore fleuri depuis le mois de Mai .Un record ! Retard certains pour ses congénères qui ne débutent que maintenant .



Rien de nouveau pour les hibiscus mais on les a redécouvert pour leur floribondité à un moment où tout était bien terne.



Certains zones du jardin ( les plus proches de la maison ) sont privilégiées avec un petit arrosage intégré sur programmateur .Où l'on découvre la fraicheur des feuillages en pleine canicule.




Temps idéal pour le Lagerstromia "Camaieu d'été" à la floraison prodigieuse et hâtive , sélection pour le Nord de la Loire .Troisième année pour lui . Validé !

L’automne arrive dimanche , bien que des signes nous  aient avertis bien avant . Les oiseaux se rapprochent des maisons , les araignées migrent à l'intérieur , les nuits deviennent plus fraiches malgré la chaleur des journées.et surtout cette belle lumière rasante qui sublime les feuillages de graminées.
 Le weekend s’annonce ensoleillé à ST Jean de Beauregard. , condition "essentielle" pour une belle fête des plantes et des rencontres amicales. L’excitation monte et j'en ressens déjà l'effervescence  !

A bientôt.

mercredi 22 août 2018

Périple en Normandie ...Ca vous dit ?



Notre jardin , comme arrêté en suspens dans la fournaise de l'été , s'essouffle et souffre par cette sécheresse persistante . Et malgré les arrosages en perfusion , tout est à la peine..

Alors , on se repasse en boucle les photos et on rêve des jardins de Normandie visités fin juillet par notre petit groupe de jardiniers , Hélène de Rouge Cabane , Fred du jardin du Mayet et le Duo du jardin des Vigneaux .

Le jardin de la Cheneviere dans la Manche


Une histoire de couple et de passion pour Jean et Colette Lesauvage .
Un grand parc paysagé à l'anglaise dans lequel se succèdent plusieurs jardins .
Comme une invitation à entrer , une souche vous tend la main et vous guide vers les hauteurs  du parc ..

Redescente sinueuse et tranquille sous les ombrages où le cadre romantique des plans d'eau est un vrai cadeau pour l’œil des peintres.




La Bizerie


Jérôme Gontier y a créé son  jardin d'Eden où se côtoient nombre d'essences d'arbres aux belles écorces , luxuriance de la végétation , diversité botanique .


La descente dans le vallon,  là encore la magie de l'eau omniprésente , chantante , source vive  ...
Simplicité , générosité et partage , cet homme a conquis le petit groupe par sa gentillesse......son sécateur et sa bêche !


Le jardin de Paule

Acer griséum dans la lumière d'un arc en ciel

Où il est question de restauration d'une importante collection d'arbres constituée par Paule Pillot, une autodidacte passionnée de botanique , il y a bien longtemps .

Polyothyrsis sinensis , belle écorce, fleurs parfumées mellifères , feuillage cuivré automnal , supporte la sécheresse .

Le jardin abandonné pendant plusieurs années a été repris par Philippe Caron , autre fou de jardin qui s'applique à nettoyer et remettre en valeur les végétaux oubliés. .. .

La Guesnonière


Dépaysement garanti via le Japon dans ce jardin où tous les symboles traditionnels sont respectés :
.Étang, îles , montagne, cascades , tailles en transparence ou en Niwaki.


.Un véritable tableau s'expose à nous et le regard va de surprise en surprise, s'égare dans les méandres d'un chemin sinueux. Un spectacle habilement mené , même la musique s'invite !
Bravo au maitre créateur , Michel Leforestier  !

Le jardin du Château Bellenau


Plus qu'un jardin, un grand parc à l'ombrage salutaire ce jour de grande chaleur .


Classé aux monuments historiques, c'est l’œuvre d'une vie, celle de Pierre Joseph La Fosse , créé au 19 e siècle ,emblématique de l'esprit baroque du moment avec grottes, cavernes, canaux, ainsi que de remarquables spécimens de végétaux.

La "Blanche Maison"


Une ode aux hydrangéas dans un balcon sur la mer .
Du bleu , vous en voulez , en voilà ! No problème , mer, ciel ,arbustes  la gamme fait rêver.


Une collection très riche de plus de 450 variétés . Le propriétaire ,éminent spécialiste dans ce domaine ,nous fera un cours fort apprécié.

Le jardin Botanique de Vauville


Une histoire de famille pour ce jardin remarquable dont la particularité sont les essences exotiques .
Et là encore , dépaysement garanti dans ce parc bénéficiant du courant du Gulf Stream  .

point de vue sur la mer en compagnie d'une haie de gunnéras àfaire pâlir de jalousie JL

Un petit fils de cette famille de jardiniers sur plusieurs générations nous racontera maintes anecdotes sur  l'évolution du lieu .
La transmission est bien là qui évoque déjà les modifications du futur.

Et puis on repartira , le coeur ému et déjà un brin nostalgique de bien des souvenirs partagés,de rencontres passionnantes , de petites boutures et autres cadeaux jardiniers et amicaux..
Un grand merci à Hélène pour ce périple  Normand , aux propriétaires  qui nous ont accueillis si gentiment , et à  nos hôtes  chaleureux du gîte "Escale à Montfarville" que je recommande vivement .

dimanche 22 juillet 2018

Jardin auvergnat , jardin naturel, leçon de paysagisme ....


Mais quel est donc ce paysagiste qui a su si bien retracer l'âme de ce jardin, et nous procurer tant d'émotions ?
Pour atteindre cet objectif , il a bénéficié d'un cadre exceptionnel et a su en jouer avec maestria .





Les différentes strates , arborée ( hêtres et sapins ) , buissons ( grrrr les aubépines ) , alpages , liées au contexte économique  et social , privilégie un aspect très naturel .







Ici , les plantes indigènes ( serpolet, graminées, sédums, , scabieuses ...) ont été subtilement intégrées avec la roche volcanique érodée au fil du temps.Rocaille du minéral et du végétal en parfaite symbiose .



Le lys martagon , fleur protégée dans le Puy de Dôme , mis sous barbelés (Pas touche !)




 Relaxation, contemplation, , découverte, l'expression de la nature dans sa plus grande simplicité nous donnerait presque l'envie de s'envoler.  La surprise est en haut du chemin ! ( J'vous jure , c'est pas moi!)



Respect de l'architecture de la bâtisse avec l'environnement , harmonie de l'ensemble, rien à ajouter.







Contraste et proportionnalité , port asymétrique du tronc torturé  , mise en relief du paysage .Admiration !





Formes, couleurs ...Euh ! là, je m'égare !



 Autre point indispensable à   la vie du jardin , l'eau vive qui jaillit d'un enrochement , propice à la végétation humifère (fougères, mousses, lichens ).

 






 La cohérence entre l'aménagement ( Rouleaux de foin) et la situation contextuelle ( C'est l'été !!!) orchestre l'ambiance générale du jardin. Point de fantaisie, le concepteur a privilégié la simplicité ,  palette végétale et matériaux régionaux pour un résultat à couper le souffle .
Le maitre mot : L’authenticité .

Ce jardin est fragile et subit les aléas bioclimatiques .Année après année , la diminution des épisodes neigeux affecte les ruisseaux , altère les strates de végétations  ( disparition des hêtraies à quel terme ?).
 Le concepteur de ce "vieux jardin"  en devenir et en mouvement , continuera à s'adapter comme il l'a fait depuis des millénaires , patiemment et laborieusement . Quel génie !



 Dans ce jardin également il y a du génie ! C'est celui de Fred du "Jardin du Mayet " dans lequel nous sommes revenus voir ses nouveaux aménagements. A une heure 40 de notre refuge auvergnat .Et on peut le dire , il n'a pas chômé notre Fred! Le jardin a encore évolué avec le petit coin japonisant et l'ajout du minéral s'intègre si parfaitement qu'on le dirait "naturel ".




 Pas génial l'APN dont l'objectif rayé "tâche" les photos !
Dorénavant, plus d'excuses de" ratés ", nouvel APN acheté , premiers essais .
Résultat au prochain numéro .
Bonnes vacances dans votre jardin ou ailleurs.





dimanche 1 juillet 2018

Et maintenant elle tourne ....



Je l'attendais au tournant , si je puis dire, depuis plusieurs années , avec impatience !
Et depuis l"an passé , elle a commencé son virage  , lentement mais sûrement et je puis l'affirmer aujourd’hui : Maintenant elle tourne .....

2016 3ème année au jardin

Polystichum sétiferum " plumosum densum" ou ""plumoso-multilobum" , tel est son nom,fait partie de mes chouchoutes.
D'abord elle est persistante , ce qui est un atout primordial pour un jardin en hiver.
Indifférente au calcaire , caractéristique non moins prédominante dans notre terre.
Résistante au froid ( - 20° )


Ces principaux critères réunis , elle est trop craquante. Et lorsque le printemps arrive , c'est toujours avec grande émotion que chaque jour j'admire le balbutiement   de ses  crosses (jeunes frondes ).


Ne dirait on pas une nichée   de jeunes chatons, au commencement d'un jour nouveau ?


Ne porte t'elle pas son nom à ravir avec ses soies , douces , douces comme de la plume?


J’avoue ne pouvoir me retenir de les caresser  , tel le pelage d'un petit animal.

Je ne suis pas botaniste et me retiendrai de vous détailler les caractéristiques botaniques de cette merveille .( Je vous conseille  l'excellent livre de Olivier Ezavin et Cédric Basset "Fougères rustiques pour le jardin ").

Détail d'une fronde à maturité


Je la chouchoute dans le "jardin secret "où elle bénéficie d'une ombre lumineuse sous un cytise , complétée l'été par celle du grand hosta "Empress Wu"  .


Au fond à droite sous "Empress Wu" au printemps

"Qu'en est il de l’Humidité ?" Me demanderez vous   .La question qui tue dans mon terrain très drainant et sec . Cette partie du jardin bénéficie d'un petit arrosage aérien qui , par temps chaud et sec , crée une atmosphère propice . Un petit bassin complète l'hygrométrie  ambiante.
Néanmoins, cette fougère est donnée pour tolérer un sol légèrement sec .


Avec les tiges dorées de l'Hakonéchloa macra auréola en hiver
N'écoutant que mon côté frondeur , par pure envie de tester , une seconde a été installée sous un sapin ce printemps , dans des conditions plus sèches  .Espérons alors qu'avec un bon mulch permanent de feuilles mortes et un  compost nourricier , elle me donne le bonheur au printemps prochain, de dérouler elle aussi ses attendrissantes  crosses  .
Et qui sait , un jour aussi tournera t'elle sans doute son ample feuillage vert gris aux reflets bleutés ?
L'adopterez vous également, ma soyeuse , comme une envie de fraicheur  sous les frondaisons ?

Et maintenant elle tourne

Je voudrais ici remercier chaleureusement Anne Marie du "jardin d'  Ecoute s'il pleut " de m'avoir fait découvrir le monde captivant  des fougères , dont je n'imaginais pas un seul instant ,il y a quelques années , pouvoir acquérir un exemplaire en terre calcaire et drainante.
Je vous renvoie également sur des articles récents  de Dominique" temps de jardin" décrivant son expérience avec les fougères dans d'autres conditions que les miennes , classées par catégories.

Le chaleureux sourire d'Anne Marie "Ecoute s'il pleut" avec lma "Dryoptéris érythrosora"

Et puisque quand on aime , on ne compte pas , voici une dernière arrivée au jardin ce printemps ( car il y en a eu d'autres ); la Dryoptérys érythrosora , une autre famille  ,pour une nouvelle aventure passionnante.
A suivre.......



samedi 23 juin 2018

Je ne peux laisser passer ....


Je ne peux laisser passer le mois de juin , sans parler du temps des roses.
Symboliquement déjà car c'est en Juin qu'à débuté mon blog , avec pour premier article la fabuleuse Zéphirine Drouhin , toujours première à fleurir "Au gré du jardin" .
Et puis parce qu'il est bon de faire un point régulièrement sur leur résilience aux aléas .
Et force m'est de constater, en relisant mon post de l'année précédente ( sécheresse printanière ) , que contre pluies ou sécheresses , ce sont les mêmes qui reviennent sur le devant de la scène .
Alors , vous les montrer encore et encore, j'hésite .....



Les lianes sont incontestablement les reines du jardin , bravant les conditions météorologiques , comme Excelsa , formant un joli duo assez équilibré avec la clématite " Angel blue " sur la palissade , Duo qui a pris le relais d"O Iné Ibara " somptueux cette année ( plantation 2016-2017 ; création Méla Rosa) .


"Lac blanc " ( plutôt rosé ) n'est pas à proprement parler un liane mais y ressemble fortement . Considéré comme couvre sol, je l'avais remarqué chez Jocelyne , " jardin du Chêneland" .Il embaume toute la partie Nord Est du jardin , tapissant la rocaille et escaladant le mur après la défloraison de la déjà nommée "Zéphirine", sa voisine .. A tailler régulièrement et fortement , agressif , mais quel parfum !



"Apple Blossom" ,  deuxième année , floraison tardive , entame l' ascension d'un vieux cytise .
Pour les plus audacieux d'entre vous , vous la suivrez l'an prochain en plan large !!!


Les" Meilland décor" ( trois au jardin) longtemps décriés , moi la première, assurent un intérêt paysager indéniable , retour en grâce assuré !



Toujours et encore ce cher "Molineux ",une permanence provocatrice , rebelle à la synchro avec la pivoine blanche et la clématite herbacée bleue pastel .Qu’importe , il se suffit à lui tout seul .


Certains petits nouveaux , trois ans après, commencent à s'exprimer dans le massif "Brahma" censé être un mixed border à la Gertrude Jekill ( sic! ) Je nomine donc :


"Ghislaine de Féligonde" dont l'association avec la clématite "Mme Lecoultre" me réjouit énormément cette année ( clématite déplacée il y a deux ans ).


"Sea foam " (ouf ! ) recommandé comme un vigoureux et qui végétait , s'est réveillé enfin..


"Rosa Rubrifolia" fait partie maintenant de mon top feuillage .

Dans ce massif , alors que "Crocus rose " reste fidèle à lui même , "Ballerina " et ""Lady of Shalott" ont subi l'attaque en règle des chenilles et n'ont toujours pas récupéré à ce jour , alors que d'autres , ailleurs,ont déjà entamé une belle remontée, tardive certes ,mais appréciée sans nul doute.A suivre...


Crocus rose

Alors certes, je n'ai pas l'opulence des rosiers de certains généreux  jardins , mais croyez moi, j'apprends à m'en contenter par la force des choses , sauf pour les vraiment chétifs qui ont commencé à partir pour être remplacés par des arbustes. plus décoratifs. Comme ce petit cornus "Cappuccino" au feuillage cuivré permanent ,tout juste venu de Bagnoles de l'Orne pour vivre sa vie au "Gré du jardin" .