mardi 27 septembre 2016

Une journée bien ordinaire....



Vous vous dites en vous levant ce matin là , qu'il va faire encore bien chaud ce jour...
Que ,somme toute , c'est devenu  habituel depuis trois mois ...une journée bien ordinaire...
Mais alors que vous faites votre petit tour de jardin , à la découverte de nouvelles floraisons

première floraison our le dahlia 'Melody Dora"

 Des petits signes , oh! bien discrets, vous mettent en alerte , brouillent un peu les repères .
C'est un moment où la fraicheur matinale se confronte avec la chaleur solaire

Un lagerstromia très florifère adapté pour le Nord de la Loire "Camaïeu d'été" fleurit très tôt

Où les récoltes automnales se mêlent aux floraisons de fin d'été

Rosier "Beauce " très belle remontée



La lumière semble différente tout à coup qui s'étire et rase le sol humide de rosée


Le champ voisin a pris une ambiance de savane africaine


Et c'est dans ce léger flottement imperceptible que vous réalisez alors que l'automne s'installe,
repoussant les derniers feux de l'été


Dans un ultime sursaut s'activent fébrilement insectes et butineurs

Première floraison pour le Dahlia honka "Mon Ange"




Il faudra bien faire le bilan de cet été étonnant  ...plus tard , quand l'hiver sera passé , que le printemps reviendra .On constatera alors qui a survécu , il sera bien encore temps.
Pour le moment les grilles de nouveaux projets s'ouvrent , excitants ....



Les portes de S Jean de Beauregard vont s'ouvrir également vendredi comme devant une caverne aux mille trésors.Prendra t'on des risques ? Sera t'on raisonnable ? II parait que l'âge de raison, c'est vers7 ans, d'autres parlent de 40 ans  , Bigre ! que n'ai je ces âges là pour être enfin  raisonnable !!!!

Cléome de Judith .Merci Copine

PS toujours en retard !!!,St Jean est passé maintenant mais j'avais programmé cet artcicle avant .Alors,  les achats ce sera pour plus tard ..Et pour me faire pardonner, je vous laisse avec ces gourmandises d'automne. Bon appétit!


lundi 12 septembre 2016

Club des cinq jaunes



Marie Claude a lancé un club des cinq jaunes et ma foi, cela faisait bien longtemps que je ne m'y étais point collé. Alors, sous le soleil ...assurément et comme on est en manque  , il m'a fallu trouver des jaunes dignes de ce nom et là , c'est pas gagné!



Ceux là assurent efficacement et loyalement leur rôle d'étendard lumineux et on ne risque pas de les rater. Par les temps de sécheresse , mieux vaut s'abstenir car ce sont des soiffards chez nous qui montrent vite des signes de faiblesse en cas d'abstinence.



 Le feuillage du solidago "Hidigeigi" a perdu son jaune lumineux printanier mais les bractées moins fluo ont pris le relais en contraste avec les asters bleus .



Molineux, et oui , encore lui , mais c'est justice car c'est un des rares à avoir accepté ,sans broncher et sans arrosage, cet été peu ordinaire.D'autres feraient bien d'en prendre de la graine !!!





Les bambous jaunes resteront longtemps dans ma mémoire  pour avoir gâché quelques jours de mon été.Habituellemnt taillés en hiver, il m'a pris , un jour de grande chaleur, de vouloir les éclaircir.
Mes bras nus se sont découvert allergiques à leur pilosité  et j'ai du supporter des manches longues pendant un certain temps .Qu'on se le dise : La mémoire des bambous est dans la peau, en l'occurence la mienne..



 Là,comme chacun peut le constater , et à moins de faire un remake de fleurs déjà montrées maintes et maintes fois comme la clématite Golden Tiara  , j'ai été obligée de faire appel aux graminées desséchées , le Calamagrostris  Overdam , qui fournit une belle hauteur aux ombellifères, en l'occurence des Sélinums Wallichianum ,semis du SOL 2015.

J'allais arrêter là mon club des cinq jaunes, mon challenge me semblant rempli,  lorsqu'une plainte émouvante a retenu mon attention
Le col tourné vers le ciel , un objet devenu obsolète ( à moins que le Muséum d'histoires pas naturelles ne le réclame pour exposition permanente ) suppliait : " Dis , quand reviendras tu ? "
Je n'ai pu faire autrement que de l'inclure dans mon club , espérant que mon blog " largement diffusé !!!" serait entendu par les fournisseurs de promesses pluviales qui ne vont pas tarder à affluer .


Je tiens maintenant ( je sais , c'est hors sujet), à dévoiler impudiquement mon coeur , déroulant le fil d'amour du dernier article de Duo Jardin .Et c'est ma fougère qui vous le demande " Avez vous du coeur  au jardin ? "




mercredi 31 août 2016

Le blanc en folie ..


Le blanc ....C'est rafraîchissant


Le blanc.....C'est attirant


Le blanc.....C'est étincellant

EUCRYPHIA

Le blanc.....peut être ennuyant


Ou quelquefois....très surprenant

première fleur du rosier Marietta Silva Tarouca qui devrait être rose!

Il réveille un jardin trop verdoyant


Le blanc ....C'est aveuglant


Le blanc.....C'est élégant

Arctotis Venusta (Merci Judith )

Longtemps , j'ai voulu des massifs monochromes et j'avais commencé par un massif bleu , puis un blanc .De celui ci ne reste que quelques fleurs blanches au printemps , des ancolies, astrances , violas mais en été , les couleurs ont pris le dessus.Des plants disparus sont revenus , d'autres ne fleurissant pas à l'ombre comme les physostégias alba , ont été déplacés.



J'ai renoncé depuis à faire ce genre de massif. Le blanc se marie avec toutes les couleurs et leur donne un relief particulier. Alors je le disperse à travers les massifs comme des points de lumière.
Et entre le blanc Mozarella que je voulais à l'origine , j'intercale un peu de tomate , d'aubergine, de courgette, pour leurs couleurs toniques, et me retrouve avec un beau Tian provençal en place d'un gratin Dauphinois .
Oui, je l'avoue , mes massifs blancs ont été un  échec cuisant que je regarde maintenant avec beaucoup d'amusement !


Alors êtes vous pour le blanc à la folie ou le blanc en folie ?

jeudi 25 août 2016

Des concurrents de taille ...


Il y a plus de trente ans , seul un petit érable sycomore garnissait le terrain que nous venions d'acheter.
Nous n'y connaissions rien en arbres , ou très peu et nous nous sommes empressés d'emprunter à la forêt toute proche deux bouleaux qui sont  ce que j'appellerai , la colonne vertébrale du jardin .
Puis nous avons planté dans la foulée , un tilleul et un fagus purpuréa .
Sont venus s'ajouter au fil des naissances et Noël des enfants , divers sapins que nous nous faisions une joie de planter dans ce qui nous paraissait un "immense " jardin bien nu !

Bizarrement, au bout de ces années , le terrain a rétrèci , s'est recroquevillé sur lui même ,  ces arbres sont devenus immenses , et j'ai eu beau avaler une potion magique , je me sentais toujours petite souris prise au piège .


Ce printemps, j'ai étouffé dans le jardin.
Cet été , j'ai étouffé dans le jardin.


Une décision s'imposait : cette concurrence féroce entre nos arbres matures avait assez duré.
J'étais pour une solution radicale : tailler dans le vif et couper l'un des sapins à ras pour libérer le fagus purpuréa coincé entre lui et le tilleul .
JL n'était pas d'accord.


Il préférait poursuivre une taille ,déjà entamée il y a quelques années ,des branches du bas pour dégager la vue.



Fred du jardin du Mayet nous rendant une visite amicale et fort à propos fut largement sollicité pour un avis pertinent et.... impartial .
"Moi, je couperais l'arbre, ça ferait un grand dégagement au milieu du terrain"  dit il .Chouette , chouette !!!!
JL n'était toujours pas d'accord.
Alors Fred a ajouté "Mais c'est déjà pas mal comme ça, ça donne de l'espace  !!!!!"

Un nouveau copain dans l'arbre blog


J'avoue que c'est "un peu" mieux .Je n'ai plus cette sensation d'asthmatiforme expirant..Et puis l'argument de JL tient " il aurait fallu déplacer le petit Zelkova variégata qui ne supporte pas une once de soleil. " .C'est pas faux !

Zelkova serrata "variégata"


Dans la foulée , des vieux lilas ont été taillé en transparence



L'acer griseum trop touffu est passé au régime taille fine.

Avant   sur la droite l'Acer griséum

Après :début de taille légère pour dégager le tronc

Deux des trois bouleaux "Jacquemontii "partiront à l'automne chez mes enfants.Parce que les bouleaux , c'est bien connu, faut les abreuver .Et les anciens ont soif et pompent de leurs racines toute l'eau disponible . Erreur de jeunesse que je vous transmet : ne pas mettre de bouleau si vous avez un terrain drainant et sec.


D'ailleurs , en parlant de sec, je me suis faite agressée comme pas permis en rentrant de vacances.
"Mais t'étais où ? On a soif nous ! Te rends tu compte qu'on est déjà en mode survie avec cette sécheresse!!! Nos feuilles jaunissent et tombent  .On  frise l'embolie!!!!Si l'hiver est trop rigoureux, on va trépasser!!!"
 C'est le moment où il vaut mieux faire appel à toutes ses ressources et prendre du recul; j'ai appuyé sur le bouton "zénitude" et oui , j'ai même osé plaisanté....
" Ben , y en a qui ont tout compris , fallait faire de même !"


PS " Pstt !Pour le sapin , j'ai pas dit mon dernier mot , me laissez pas tomber!!!"

jeudi 11 août 2016

Comme dans un roman anglais .....Kérisit Cottage !


Non, je l'ai pas oublié le jardin de Maryline , mais j'ai comme un doute ...


Etait ce bien Kérisit Cottage , en Armorique  ? Ai je rêvé ?
N'étais je pas plutôt dans un de ces livres  où se déroulent de romanesques histoires sur fond de campagne buccolique anglaise?


J'ai pourtant le souvenir bien tangible d'avoir dégusté une succulente tarte à la rhubarbe et un far aux pruneaux bien Breton dans ce pale garden .


Et cependant , j'ai senti comme l'ombre fugace d'un farouche Heathcliff planer au hasard d'un détour d'une allée.....


Le frôlement d'une robe longue et vaporeuse vers le banc conversation où je n'ai pas osé m'asseoir.
Etait ce Jane ......?


Et ce prénom entendu plusieurs fois "Catherine  ..." Etait elle donc revenue hanter ce lieu ? Ou ai je confondu avec une autre !


 "J'ai la mémoire qui flanche , j'me souviens plus très bien " comme disait une autre certaine Jeanne , bien Française celle ci.


Ce dont j'ai le  souvenir  , c'est de la délicate atmosphère anglaise de ce jardin dans lequel je me sentais si bien , enveloppée d'un cocon de douceur et de bienveillance .


Voilà ,le dernier jour s'est écoulé, comme dans un rêve .Chacun, chacune retrouve sa vie .
Un jour, reprendront de nouvelles aventures.


Et je voulais remercier également , à nouveau ,pour son accueil , une dame qui a gardé l'émerveillement de l'enfance  , une dame au sourire charmant et malicieux , la maman de Catherine (Mais non, pas celle des Hauts de Hurlevent , la notre , celle qui nous a concocté avec son Duo cet itinéraire de réveil matin !).
Je vous retrouve dans une quinzaine .A bientôt .Profitez de ce bel été dans vos jardins ou ailleurs...




vendredi 5 août 2016

Le grand Launay ...Suite de la ballade Amoricaine


Cinq plus une , nous voici devenus six l'espace de cette journée , la dernière avant le grand retour .
La sixième , vous la connaissez bien , c'est Maryline du blog "Trois petits tours au jardin " venue nous retrouver   pour la visite du mythique jardin du "Grand Launay ".
Vous avez tous vu des reportages sur ce jardin et j'en rêvais depuis un article du Duo sur leur blog.
Coup de poing, coup de coeur, émotions garanties ; le grand huit, c'est de la gnognotte après ça, croyez moi ou non.
Je vous mets un lien vers le génial reportage de Maryline sur ce jardin .
J'ai essayé de ne pas faire "redite "pour ne pas vous blaser mais comment ne pas s'arrêter sur certaines scènes particulièrement évocatrices.

Celles des nombreux jeux de perspectives qui incitent à aller plus loin, toujours plus loin   , au plus profond de soi même .




Une porte  s'ouvre et c'est tout l'esprit créatif du lieu qui coupe le souffle, rend inutile les mots , épuise les questionnements.



Une Cathédrale de métal au sommet d'un chemin de croix  .Que trouvera t'on au bout de la lumière ?



Perspectives encore et toujours liées au cheminement , celui des pas et celui des filets d'eau .



Pendant ce temps, près de nous, une tragédie se joue.
A voir tous ces buis qui se tordent en d'ultimes souffrances , le paradis serait il donc  vraiment perdu




Contrastes de l'ombre et de la lumière, du minéral et végétal, des lignes qui s'étirent , se courbent , se floutent , dans une parfaite harmonie visuelle.



Lumière qu'on trouvera plus loin dans un grand clos à la verte pelouse , si douce, si douce  sous nos pieds ,si moelleuse  qu'on s'y coulerait comme dans une couette.



Oh ce rouge presqu'indécent dans toutes ces tonalités de  vert !

Vert et blanc ,granit brut , sérénité absolue .rien n'encombre l'esprit du lieu .



Emouvante complicité des formes et des matières qui dessinent à elles seules l'âme de ce jardin.
Vous l'aurez compris , j'ai aimé ce jardin .



:Et savez vous ? Ce jour là, il pleuvait en fin de matinée.Maryline avait apporté son "Crachin Breton".
Alors , à bientôt pour la cerise sur le gâteau : Kérisit Garden  .