vendredi 19 juin 2020

Quand la mare se mire ....(3)

Côté le plus ombragé

Février 2019 , la rénovation de la mare fut un grand chantier , "The" grand chantier de l'année menée de main de maitre .Cela faisait bien nu à l'époque !

Quelques mois après , Jean luc ramenait de ST Jean les plantes carnivores dont je vous avais promis un retour après l'hiver.Voir l'article içi.
Certes, cet hiver fut doux mais néanmoins :
Les 6 sarracénias ont repris leur forme haut la main, une seule a fleuri pour le moment .

Les 3 droséras ont bien poussé , pas de problème non plus.
Mais les Dionaea ont disparu , vous vous rappelez ce sont les "gobe mouche ". Dommage !

Les abords de la mare se sont bien végétalisés , rien qu'un an après , le rendu est bien visible..
Géum chiloense "Lady Stratheden" qui refleurit.

Les géum qui ne se sont jamais très bien installées dans notre jardin ont l'air d'apprécier leur nouvel endroit Deux refleurissent  en ce moment .Il faut dire que le temps leur est propice .

Les astilbes et fougères ont adopté l'endroit .Une tendresse  spéciale pour la belle woodwardia unigemmata qui lance ses grands frondes persistantes rouge bronze. Cadeau de Jérôme Goutier lors de la visite de la Bizerie .Une merveille ! (Le jardin et la fougère ).


De nombreux carex et acorus "Ogon" issues de  divisions peuplent les rives mais aussi ces fascinantes petites graminées  , Scirpus cernuus (Isolepis cernua) les herbes aux perles .

Les nénuphars commencent tout juste leur floraison .

J'adore cet endroit , l'un de mes préférés avec le "jardin secret" , un endroit propice à la lecture et  au farniente.

Dernièrement , dans la grande vasque , trois plantes ont pris place :
Un actéa "Carbonella ", un farfugium japonicum crispum et le fatsia "Spider's web " qui périclitait dans un endroit trop sec pour lui. Espérons qu'elles ne se fassent pas trop concurrence .
Dans l'autre vasque , nous avions mis un acer à l'automne qui a  du être déplanté en catastrophe pendant l'hiver .La pluie l'avait complètement noyé .Il n'a plus qu'une branche ! Mauvaise installation pour lui .A revoir.....
Une petit nouvelle , l'Osmonde regalis purpuréa
Ainsi , petit à petit s'étoffe la mare , le point de mire d' Au Gré du jardin !

mardi 2 juin 2020

J'aimerais un jardin de roses parfumées ....

J'aimerais un jardin de roses parfumées ...
Madeleines de Proust du jardin parental...
En face : Mme Alfred Carrière .A droite : Neige d'Avril

Extrait d'un poème que j'avais fait au début du blog, se pourrait il que ce rêve devienne réalité ?
En tout cas, ce printemps délirant me laisse le supposer .
Et si toutes les roses du jardin ne sont pas parfumées, il s'en diffuse  néanmoins de suaves effluves.
Neige d'Avril

Ce printemps n'a rien d'un printemps habituel et pour une fois , c'est Mme Alfred Carrière qui a pris une bonne avance dès le début Avril , devançant d'une bonne quinzaine Neige d'Avril qui enfin justifie son nom .
Mme Alfred Carrière toujours en fleurs début juin.

Ce sont les lianes et les grimpants qui assurent toujours au "Gré du jardin " , la façade nord de la maison représentant les plus anciens rosiers .Si je vous les montre chaque année , j'avais omis le très piquant et très opulent "Félicité et Perpétue " , un arriviste qu'il nous faut tailler plusieurs fois par an pour réfréner son enthousiasme .
De gauche à droite :Félicité et Perpétue, Veilchenblau , etc...

La nouvelle allée des roses qui sépare le jardin des Délices du jardin des Supplices commence à prendre forme et je puis me permettre maintenant de   rêver d'un ciel de roses.

Ce sont Paul Transon et Maxime Corbon qui sont les premiers de cordée , tirant à eux leurs compagnons moins aventuriers .mais qui affirment néanmoins une belle  assurance .
Marietta Sylva Tarouca


Roville

Dans le massif Brahma , plus punchy est "Joseph' s Coat qui reprend de la vigueur après un changement de place nécessaire .
Nos rosiers sont tous sur porte greffe pour terre calcaire .Dommage qu'il n'en existe pas un pour terre également très drainante qui ne retient pas l'eau . La gageure est de taille !
Pour revoir les rosiers présentés les années précédentes, n'hésitez pas à cliquer dans la rubrique "rosiers" .

jeudi 7 mai 2020

Une nouvelle perspective....


Lors d'un article récent , j'avais évoqué ce nouvel intérêt que je portais aux perspectives , lors des visites de jardin .Je mesurais alors combien ces trouées lumineuses  nous donnaient l'envie d'aller vers d'autres horizons , et par là même, je déplorais bien souvent de n'avoir pas eu de talent paysagiste pour y penser au début du jardin.

Et puis , ce printemps, la déambulation dans l'allée des lilas a pris brusquement une autre dimension.
Les photos prisent en cascade ont révélé une ouverture vers le fond du jardin qui mène à la prairie naturelle , où se trouvent les ruches.

J'en suis restée saisie et perplexe: Mais comment se fait il que je ne l'avais jamais repérée ,ni prise en photo??? Les jardiniers du "Gré du jardin "se sont posées de multiples questions .Jusqu'au moment où il nous est revenu à la mémoire (pauvre mémoire ! ) que cet hiver, une tempête avait coupé en deux le vieux buddléia , le mettant à terre. Et c’est exactement cet endroit qui ouvre sur cette nouvelle perspective.

Vous n'imaginez pas combien je suis heureuse de cet hasard. Alors que l'on se demandait déjà que mettre à sa place , il n'en est plus question dorénavant .
Du côté gauche , lorsqu'on la remonte , se trouvent les lilas, en bordure du champ.
Du côté droit , nous avons créé un massif en courbe au pied d'arbres anciens .Je vous détaille quelques floraisons.
A droite du Cercis "Heart Gold" Erysimum "Constant Cheer"
Calycanthus "Aphrodyte" sur fond de Fagus tricolor
Digitalis Obscura
Rosier Dynastie

Le tout début de l'allée des lilas où l'on ne peut deviner cette trouée lumineuse .
Sur la droite Kolwizia "Maradco " et Fagus tricolor

Et juste à cet angle , en se positionnant sur la gauche , on la devine ....

Au milieu , se trouve une allée transversale trop visible de cet endroit .La stipa géante, plantée il y a un an, a poussé vite et crée un léger masque , dissimulant  le grand bassin .
Stipa gigantéa , Salvia microphylla "Ribambelle", Rosier "Eclats d'Ambre "encore tout jeune , Cercis "Heart Gold"

Une nouvelle perspective qui a changé cette allée  , quelle belle surprise !


samedi 25 avril 2020

Voyons , prenez un siège ....


Voyons , prenez un siège ...

Ne restez pas debout ...

Certes, l'apéritif risquera  , comment dire.... d'être légèrement piquant !

Il se peut également qu'une danse de Saint Guy ne vous gagne ...

Mais soyez certain d'une chose ...

Croyez bien , vraiment , que je n'ai pas choisi cette chaise à d'essaim de vous nuire

Et que ce n'est que fortuitement que celle ci s'est offerte à vos fessiers ....

lundi 13 avril 2020

Quand Pâques cloche ....

Dimanche de Pâques , oui ça clochait ....
Rien comme d'habitude , du beau soleil et grosse chaleur , c'est rare , pas d’œufs en chocolat, de petites surprises accrochées aux branches , pas de rires, pas d'enfants , pas de repas de famille ,
Oui , ça clochait ....
Alors on se dit qu'on a bien de la chance , un beau jardin , être deux , qu'il y a bien pire .
Mais ça piquait un peu quand même ....
Et puis on prend de la hauteur  ...pour prendre quelques photos.

Romantique ,le couple Arbre de Judée et cerisier ,

Le viburnum Lanarth  tente une approche fanfaronne en explosant ses fleurs en une journée .


Au loin , le Choisya Aztek pearl embaume le quartier , prenant le relais des viburnums.


La glycine bleue prend de l'avance sur la blanche toujours plus tardive .Deuxième année sans gelées.On en prendrait bien l'habitude.Les déjeuners sur la terrasse ont le goût des fleurs.


De l'autre côté de la maison , un autre duo , le majestueux prunus Padus et le Tamaris, qui bénéficie de l'absence de pluie au bon moment .Quelquefois il se transforme en serpillère , on aime moins!

Et puis la cohorte des Malus .On les aime ,ils nous aiment .Que demander de plus  !
Les plus anciens :

Red Jewel au développement rapide a l'avantage de beaux fruits rouges restant en place tout l'hiver .


Golden Hornet , planté en même temps est resté plus petit .Si vous aimez les fruits jaunes , c'est un bon choix ! Ses fruits tiennent assez longtemps !

Prairie fire a pour lui son petit port étalé , ses feuilles pourprées et sa floraison rose vif. Ses  toutes petites pommes , plutôt des cerises , ne tiennent pas l'hiver.
Depuis quatre autres sont arrivés au jardin mais il faudra patienter un peu !


Le jardinier d'Au gré du jardin est heureux : Son Poncirus a enfin fleuri au bout de sept ans !!!
Il se demandait si quelque chose ne clochait pas chez lui !


Pour terminer, quelques tulipes car c'était leur printemps  cette année ! Certaines disparues depuis longtemps sont revenues .Une belle surprise là aussi!
Oui , ça fait du bien !

dimanche 29 mars 2020

Polystichum polyblépharum n'aime pas la bise glaciale.


Ceux qui me suivent savent combien j'apprécie ces plantes d'ombre .Je ne m'en lasse pas ! Et au risque de me répéter , rien n'est plus émouvant que ce moment où, soulevant le lit de feuilles qui les recouvrent , je guette le réveil des crosses ensommeillées .

Aujourd’hui, je vous présente Polystichum polyblépharum .Et si je vous dis que je l'ai en double , vous aurez tout de suite compris qu'elle fait partie de mes chouchoutes.

Surnommée "Pattes d'ours" par les anglais , j'ajouterai jeune ourson aux papattes poilues.

Que vous en dire   ? Il suffit de la regarder .

J'adore ces jeunes frondes , délicatement enroulées et recourbées , pendantes .On a comme une impression d'un effort intense et pourtant si gracieux pour les redresser.

Et puis j'aime aussi ces poils tout roux , presque des écailles .

Néanmoins , quelques précisions : Persistante ? oui sans aucun doute , d'un beau vert luisant fonçant dans l'année .
.
Elle aime un sol riche , humifère , drainé , frais . Acide ou calcaire .Calcaire dans notre jardin.
Dans le jardin secret , sur un lit d'ajugas et de tiarelles

Parait il qu'elle n'aime pas l'eau stagnante l'hiver.Pas de danger içi avec la terre drainante du jardin .
C'est la plus hâtive de mes fougères , elle renait début Mars . Moi aussi !

Oui mais ....Parce qu'il y a un mais ! Si les premières années tout se passait bien , les hivers doux de ces deux dernières années , et les coups de vent glacial tardifs qui s'en sont suivi ont cuit les frondes nouvelles.
Carrément grillées ! Moches ! Déprimantes !
Et pour qu'on ne s'y trompe pas , oui elle est bien rustique  ( - 20°) , juste que ces jeunes crosses ne supportent pas la bise glaciale .La souche repart tous les ans .


Alors cette année , pour contrer cette bise qui nous arrive de l'Est , et après bien des hésitations , j'ai pris la décision de la confiner sous une couette de paille légère .En espérant qu'elle ne s'écroulera pas sous le poids et que ce froid ne durera pas trop longtemps. Parce que maintenant je ne la vois plus ma Poly et que même si je sais qu'elle est là , elle  manque à mes yeux!
Entre Euphorbes purpuréas et carex

Mais bientôt.... ...elle et moi , on se rattrapera , promis !