mercredi 5 janvier 2022

Soleils d'hiver ...les Mahonias vous souhaitent une belle et merveilleuse année 2022, piquante et soft .

 Comme nombre de persistants, ils sont arrivés tardivement au jardin. Et ce n'est que depuis peu que je me suis prise d' AMOUR pour eux .


Le plus flashy ,

le plus photographié ,

le plus hâtif niveau floraison puisqu'elle débute en Septembre , c'est le mahonia nitens "Cabaret"  dont les  couleurs chatoyantes se marient parfaitement au fushia régia .


 


Le plus doux , puisque sans épines ,et symbole d'une belle AMITIE (merci Duo jardin ) c'est le mahonia eurybractéata "Soft caress " qui prend sa suite , au port bien compact .



Fin Novembre,fleurit le mahonia x média "Winter sun "   le plus décevant .Acheté pour sa parure cuivrée un certain printemps, il a perdu ses chaudes couleurs l'année suivante .J'ai su depuis que les couleurs étaient plus riches en terre acide . Néanmoins ,  BONNE surprise pour son port altier et sa belle écorce .Situé plein Nord , ensoleillement important par rapport à ses congénères .



Du même opus , le mahonia média x charity , planté avec l'ESPOIR qu'il dissimulera une partie de la vieille serre .



Le plus ancien au jardin (2013 )le plus parfumé ( janvier, février ) le mahonia "Bealei " ( originaire de Chine ) dont les effluves de muguet , sous un chaud rayon de soleil, intriguent souvent mes visiteurs . Un peu déguingandé en vieillissant , nécessite un rééquilibrage de ses branches .



Le plus tardif ,(mars avril ) le mahonia aquifolium (à feuilles de houx ), situé très à l'ombre , d'allure plutôt couvre sol , affiche une excellente SANTE , obligeant à le tailler régulièrement .


 


Le petit dernier  (avril 2021), Mahonia gracilipes dénote par son aspect gracile et élégant , ses feuilles très allongées bleutées et pruineuses au revers  , ses petites fleurs rouges et jaunes . Il demande un peu plus d'observation de ma part et je ne manquerai pas de rajouter des photos plus explicites à cet article au fur et à mesure de son évolution. 

Appréciant plutôt les terres acides ou neutres, ces mahonias  sont au final une belle REUSSITE dans notre terre calcaire et c'est une CHANCE pour nous. Si l'ANNEE précédente a été faste pour eux avec sa pluviométrie abondante , j'espère pour notre plus grande JOIE qu'ils vont continuer à prospérer en 2022 .

                 EXCELLENTE ANNEE 2022 A TOUS . 

lundi 1 novembre 2021

Flammèches automnales

Pas de panique ! Les flammèches sont circonscrites dans certaines zones du jardin , n'engendrant pas de saturation trop intense pour l'oeil.


C'est dans le jardin exotique que l'on pourra le mieux se réchauffer .Attention , lunettes solaires conseillées !Le Rhus typhina "Tiger eyes" s'embrase le premier , bientôt rejoint par le Liquidambar .



Le Ginko triloba , chargé de calmer les braises est malheureusement en mauvaise posture , branches dégarnies , déguingandé ...



Le jardin secret et son alentour ne s'en laisse pas conter , même si les teintes s'y épanouissent de façon moins synchronisées .



Là aussi c'est le sumac qui donne le départ , le cornus Schmetterling étant à son apothéose au moment où son confrère perd ses feuilles .



Vers le jardin Brahma , c'est l'  Euonymus carnosus qui sonne l'automne et tiendra la note sur une longue période .



Cette année fut celle de la "toute, toute ...première fois" pour le Viburnum furcatum qui a non seulement fait sa première fleur au printemps , mais a pris enfin sa coloration si attendue !


 


La pluie d'été fut une manne pour nombre d'arbres !



Tous les acers ne requièrent pas de terre acide mais une terre fraiche , certainement ! Et si je me plaignais de ses feuilles tombées à terre bien trop tôt ces deux dernières années , mi octobre l'Acer triflorum les avaient encore toutes , prenant une belle teinte orangée .



Non loin de lui, dans le bosquet , l'Acer tataricum subs ginnala  chauffe l'ambiance également , virant doucement dans des mèches mordorées à rouge cuivré .



Reste encore quelques retardataires comme l'Acer griséum , ainsi que certains cornus , qui jailliront peut être des braises refroidies  et humides . Les feux de l'automne n'ont pas dit leurs derniers mots ....

vendredi 1 octobre 2021

Et si l'été recommençait ....

Tout au moins en photos , car en les triant , je m'aperçois avoir occulté certaines petites scènes qui ont fait vibrer mes yeux en  juillet .Ce fut le cas avec les clématites très florifères cette année et parmi elles, le romantisme de"Dutch Sky", accompagnant une digitale, ressemée fort à propos à ses pieds .


Semis naturels et abondants également de nos coquelicots champêtres dont la présence me ravit toujours .

Fouillis végétal avec ce méli mélo d'Achillées "Tera cotta" "Salmon Beauty" et un autre très rampant dont j'ai zappé le nom , et qui fait office de couvre sol ? (Florence, ma donatrice bienfaisante ?).

Les rosiers "Méla Rosa " s'en s'ont donné à coeur joie cette année pluvieuse .Le grimpant "Jeannette et Paul " , tonique mais aux tiges lègères , n'a cependant pas profité de la présence de sa voisine , la clématite macropétala "Cragside" dont la rusticité était cependant invoquée .Carrément disparue( trop de pluie ?) !

"Eclats d'Ambre " mérite bien son nom , éblouissant de lumière dans un été un peu tristounet .

Le chouchou du jardinier "Louise Dupin " , costaud et florifère dans la coulée des arches vers le fond du jardin .

Les hémérocalles ont également été à la fête , même si elles ont manqué de  chaleur estivale ."Applique"  ,surprise en flagrant délit de camouflage violine ,alors qu'habituellement pourpre foncé sur les bords .

Très longue floraison pour la campanule "Sarastro" qui refleurit en ce début Octobre .

Parmi les Dahlias , c'est "Mélodie Dora " qui cette année, a gagné la première marche du podium, devançant de peu le fougueux  " Vérone 's Obsidian" .

N'oublions pas les arbustes qui ont pris des ailes , bien abreuvés en ce mois de juillet :  Zelkova serrata "variégata "  qui a doublé ses longues branches en extension "parapluie " .

Tandis que la marronnier , en pleine euphorie " allumait quarante cinq bougies , ni plus, ni moins !
Aesculus parviflora

Il y a eu des bémols néanmoins à notre retour de vacances, les quelques jours de forte chaleur et grand vent ayant grillé les feuillages de  deux de nos acers , un cornus et le jeune albizia "chocolate" .

Prochain article : retour sur le mois d'Aout .

 

mercredi 4 août 2021

Hydrangéa aspéra "Macrophylla" : Une vie de Pacha

 Qu'il a la vie belle cet hydrangéa ! Une place enviée par beaucoup au jardin , juste sous la gouttière . Installé depuis très longtemps à l'angle Nord Est de la maison , à l'entrée du jardin , sa luxuriance  attire bien des regards à cette période de l'année .


Certes, il n'a pas la délicatesse d'un "Anthony Bullivant" admiré chez Rouge Cabane , mais il ne manque cependant  pas d'atouts.

C'est qu'il est plutôt du genre partageur notre hydrangéa , voisinant avec un confrère grimpant qui lui aussi a besoin de sa goutte d'eau ! Les voilà donc, arrivant jusqu'au toit , accrochés l'un à l'autre sur cette gouttière qui n'en pouvait plus depuis plusieurs décénies .

Et vlan ! Qui voilà par terre ? Nos deux Pachas bien trop gourmands  . C'était en Décembre 2019 . Rien de bien catastrophique , le grimpant étant le plus abîmé , des grosses branches coupées presque à ras .Autant rabattre alors le mastodonte  devant lui dont les fleurs devenaient de plus en plus petites , les branches plus fluettes .

La gouttière aux nouvelles fixations bien solides a abreuvé comme jamais ces deux géants .Un autre atout pour ce "Macrophylla " , sa belle écorce orangée qui se desquame l'hiver !

Près d'eux, prennent avec éclat, le relais des floraisons, les anémones "September Charm" .

Puis dans la continuité , un trio de persicaires qui s'est emballé comme jamais et ça .....sans gouttière ! Un exploit !


Noyés parmi elles, deux hydrangéas paniculatas qui n'ont jamais eté fastueux . Et puis , mon chouchou , le fushia " Sarah blue" un peu tristounet de l'absence de sa rose préférée , très tôt fleurie cette année , déjà taillée , "Beauce" en attente de refloraison .



samedi 10 juillet 2021

Un massif sans arrosage .

 Vous me direz , cette année , c'est un peu raté pour l'expérience "massif sans arrosage " mais d'un autre côté, pour s'installer, même les plantes de terre sèche ont besoin d'eau la première année .


En fait , cela fait sa troisième année mais comme toutes les plantes n'étaient pas installées , je vous le montre maintenant .(Petit clin d'oeil à Judith qui , suite à une photo de mon article de Mai ,m'avait demandé quelles plantes étaient dans ce massif )
Céanothe "blue saphir" thym serpolet

Ce massif n'est pas  un massif sec sur gravillons comme on le voit souvent, mais simplement destiné à ne pas être arrosé l'été .
Cistus laurifolius et Teucrium azuréum

Overdose des étés précédents secs et chauds  et désir de tester de nouvelles plantes ont donc primé dans le choix des végétaux .
Ciste (merci au Duo jardin )Pittosporum variégatum

Trois Teucriums azuréum , des cistes , assurent les plus gros volumes de plantes .
Hébé topiara en premier plan

Puis des Hébés et pittosporum  pour leur sihouette en topiaire .


Génista Lydia 

Des arbustes de bordures et de rocailles ,


 

Erodium (merci Florence )

ainsi que des plantes tapissantes pour combler les trous , thyms , érodiums , etc..


Diosma hirsutum "sunset gold"

.Autres critères importants , un feuillage persistant pour éviter que le sol ne soit tout nu l'hiver , et résister à -10°.


Teucrium scorodonia crispum

Vos conseils et suggestions sont les bienvenus ( taille , entretien )  n'ayant aucune expérience de ces plantes .


Arméria" Vésuve"




vendredi 11 juin 2021

On ne le verra plus...

 ....avant quelques années , le superbe dôme de rosiers qui faisait l'attrait principal du jardin à cette période de l'année .


Trois rosiers le constituaient : Le plus ancien , déjà là au moment de l'achat de la maison et que je soupçonne être "Dorothy Perkins " , rasé de nombreuses fois, écrasé par les déchets, lors des travaux dans la maison , il mérite bien le surnom de "survivor" .

Puis est venu le fameux "Bobbie james " non moins conquérant , lui offrant une âpre concurrence .Le petit dernier, Mme Alfred Carrière n'a pas hésité non plus à revendiquer son espace .

Sauf , qu'il y avait l'envers du décor , ou plutôt devrais je dire , les dessous du spectacle puiqu'il était constitué de presque 50 cm de branches mortes , lianes vraiment pas engageantes , destabilisant le portique de l'allée .

C'est ainsi que profitant du confinement d'octobre, le jardinier d'Au gré du jardin , a pris son courage à deux mains ,armées de sécateur , ébrancheur ... et les a ratiboisés , clématites incluses .


Mais quelle bonne, très bonne , excellente idée , moi qui procrastinais devant l'ampleur du travail !!!Alors certes, à ce jour, cela fait un peu nu ( à la grande désolation de ma petite fille qui "a-do-rait" cette cachette ) mais déjà tout repart de plus belle (photo ci dessus mi juin 2021 ) et d'içi trois ans je gage que le décor sera à la hauteur .

hiver 2020-2021


Et certains ne sont pas mécontents , volant la vedette à leurs prédécesseurs bien envahissants .


Notamment Neige d'Avril .


 


Ghislaine de Féligonde , le rosier le plus facile dans notre jardin , traité en gros buisson ,avec le verbascum "Violetta "


Ben Kant un cadeau de chez Francia Thauvin ,ancien non remontant

 .


Dans le massif Brahma , un  tableau que j'aime beaucoup entre le rosier Rubrifolia , le Penstemon "Pocahontas " et "Ballerina" qui débute doucement , très timide dans notre jardin.

Mais celui qui asssure vraiment le spectacle dans cette partie" entrée terrasse " , partant à l'assaut de notre vieil Acer sycomore , lui offrant une nouvelle jouvence ,  "Paul 's himalayan musk, ne dément ni sa vigueur , ni son parfum."