mardi 23 juillet 2019

"Reflets de jardin" , rafraichissement certain .


Il est revenu le temps des visites de jardins par notre petit groupe de blogueurs jardiniers.
Et cette année, ce fut " Duo Jardin "qui organisa la virée entre Somme et Pas de  Calais .
Retrouvailles vers 11 heures dans le sympathique gîte des "quatre vents " à Vacqueriette-Erquières.
Ont répondu présents  Hélène de" Rouge Cabane" , Fred du" jardin du Mayet"  et Florence " L'oeil et la main".
Au" club des cinq " s'est substitué le "clan des sept " .Et si nous ne sommes pas une société secrète et n'avons pas de mot de passe , nous rêvons tous d'aventures jardinesques passionnantes.
Chute de température certaine, de 35 ° dans notre région, on passe à 15° ! On sort la petite laine !

L'après midi même , nous ne fûmes pas déçus avec la découverte de "Reflets de jardin" et la rencontre chaleureuse des créateurs jardiniers , Daniel et Bernadette Richir.
D'emblée , il nous est précisé " très bonne terre , argilo limoneuse " .
Voilà qui  soulage et  décomplexe immédiatement , avec notre terre calcaire très drainante .
La diversité de ce jardin de plus de 5ooo mètres carrés réunit à lui seul tout ce que j'aime :

Inspiration anglaise avec ses couleurs et ses formes

Arbres de collection
Ulmus parvifolia "Seiju"




Catalpa bignioides 'pulverulenta'


Écorces étonnantes réunies sur un  tapis de vigne vierge .Contraste assuré à l'automne !


Parterres de roses dont celui dédié aux créations de Jean Lin Lebrun   , une merveille où j'ai fondu devant un tout mini rosier "Cosy Rose " .


"Cosy Rose " sous le rosier "Baiser de l'Opéra"
L'eau avec un superbe bassin aux nénuphars .

Un fabuleux moment passé à écouter l'évolution de ce jardin privé ,  accueillant et intimiste avec ces petits sentiers verdoyants.

Ne le ratez surtout pas sur la route de vos vacances.Sans nul doute, il vaut largement le détour.

mardi 25 juin 2019

Rosiers lianes , arabesques et draperies......


On les aime ces lianes , ornements fugaces transformant le jardin de Juin en tapisseries géantes.

Certaines  ont élu domicile depuis très longtemps déjà , dissimulant la gloriette de leurs lianes vigoureuses et sauvageonnes.

La rose " Dorothy Perkins " , déjà implantée à notre arrivée,

et le blanc " Bobbies James " au parfum expressif , venu peu de temps après , mais qui débute sa floraison en premier , constituent à n'en pas douter le point de mire  d'un spectacle dont je ne me lasse pas, année après année.

D'autres font tapisserie le long du mur nord ,

"Phyllis Bide " et "Veilchenblau"  se mêlent enfin après un long, très long démarrage de ce dernier.

Lorsque notre vénérable acer sycomore s'est trouvé scalpé d"une bonne partie de son côté gauche  lors d'un violent orage,  nous lui avons adjoint " Paul's Himalayens musk "  pour panser ses plaies.
Potion magique car les deux se sont trouvés avec bonheur. Paul commence à se perdre dans la frondaison, insouciant de nos efforts pour le dompter.

Plus jeune, "Apple Blossom", moins aiguillonné,  très parfumé également , s'enroule autour du vieux cytise , composant un camaïeu de teintes roses avec un géranium , cadeau d'une amie, et quelques mufliers . J'avais promis l'année passée de vous le montrer en grand plan  .Le voici, le voilà !

Au  fin fond du jardin , dans l'allée des grimpants ,arrivés à l’automne 2014 , Ils méritent maintenant que je les répertorie  .Grignotés par les chevreuils ou les lièvres, ils ont dû surmonter bien des difficultés .J'ai nommé "Maxime Corbon" et "Paul Transon"

Le dernier de cette liste pour cette année  sera " O Iné Ibara"  qui a bien fait sa part en deux ans seulement , drapant la structure en limite du champ voisin . Attention, très épineux !

 Il précède les floraisons du rosier "Excelsa " et de la clématite " Blue Angel"  deux autres forces de la nature.( voir dans le libellé "rosiers ")

Car ces costauds ont tout de même l'inconvénient de devoir être taillés plusieurs fois par an , avoir des liens bien solides  ( attention au vent! )  , bref ils ne sont pas une sinécure , qu'on se le dise.
Mais on leur pardonne tout ça car ils ont l'extrême obligeance et la grande générosité de s'adapter sans aucun souci dans notre terre ingrate.
Alors, à dans un an pour les futurs méritants!!!!!

dimanche 26 mai 2019

Zéphirine fait le mur ...


Quand Zéphirine prend ses aises , on l'aime !
Sur le mur Nord Est , mademoiselle s'étale .
Toujours la première à fleurir , elle se hâte !
Aucune rivale en fleurs, elle se pavane !
N'est elle pas belle, La Zéphirine Drouhin  ?

Ont fait le mur les petits zoziaux
Se sont envolées mes petites mésanges .
Juste le temps d'une photo
Au matin suivant , le petit déjeuner était tout silencieux .Plus personne dans le nid .

Les alliums , eux ,  font leur retour dans un nouveau massif , au pied du sapin .
Oui il est toujours là le sapin , le jardinier a remporté la victoire.
Il ne partira pas du jardin mais toutes les branches du bas ont été coupées,
Des troncs sectionnés en ré hausse , des brouettes de terre des fossés ,
Une partie à l'ombre, l'autre au soleil , voilà de quoi stimuler l'imagination.

Un nouveau cornus y a trouvé couvert et logis cet hiver, cadeau d'un fils pour son père.
Cornus Rutgersensis "stellar pink" , hybride entre un Kousa et un Florida.
Il supporte le calcaire comme les Kousa, avantage indispensable pour s’adapter chez nous.
Ces bractées tendres et lumineuses déclinent toute une nuance de  rose dragée en dégradé autour d'un petit coeur vert .Si ce n'est pas de la magie !

Du côté de la bordure champêtre , les grands iris de jardin auraient bien aimé un mur pour les soutenir .

Mais pas de ça "Au gré du jardin " , les uns soutiennent les autres , on résiste aux tempêtes ...

Si on lâche , on s'effondre !

Hillary, pivoine itoh ,pour ceux qui ont suivi l'histoire de sa mystérieuse balade  hivernale  , a réussi son entrée au festival des fleurs .

 Après "mûre" réflexion, on lui attribue le prix de la révélation de l'année.
N'est elle pas craquante , notre Hillary ?

mercredi 8 mai 2019

Trois fois trois font ....


Allez c'est parti pour les matheux !
Du plus grand au plus petit en passant par le moyen , comme dans une famille  de trois enfants.
Mes chiffres porte -bonheurs , le 3 et le 7 .Mais pour le 7 , on verra une autre fois .
Vous suivez ma logique ? Non, tant mieux car je n'en ai pas !

Trois grands plans du jardin au printemps, saison préférée des jardiniers ( avant les coups de gel !).
Le premier , c'est avant la terrasse , on le devine en arrivant : Le jardin des formes ...pour s'amuser !( cubes, vagues, rond , on voulait tout tester )


Non, je ne vous montre pas encore la mare , vite, vite, on la contourne et...sur la gauche , au bout d'une allée transversale , on aperçoit là aussi le jardin des formes, derrière les iris Pallida . Les jardiniers d'"Au gré du jardin " voudraient bien enlever le portique .Qu'en pensent les petits enfants ?


Virage à droite, puis à gauche et là, on longe l'allée des lilas .Admirons à nouveau au passage, le flambant Fagus tricolor dont je ne me lasse pas . Retour vers  le massif des formes  . Et là, c'est la sortie ! Je plaisante , revenez !

Trois  plans médians , on se rapproche .

 la bordure gauche de l'allée des lilas , ensemble en rouge et gris .


Encore le hêtre tricolor et le lamium orvala dans son sillage.


Associations de plantes d'ombre dans le jardin secret .Que fait on là ?juste le moment  de la pause méditation , réflexion , concentration . On se recentre et...

On resserre  l'objectif pour trois focus sur :

La pivoine blanche inconnue , trois fleurs ( dans le thème celle ci !)


Le crataegus "Paul's Scarlet" dans toute sa splendeur florale.


tandis que les Dicentras  font les jolis cœurs .

Et voilà qui fait neuf , non ? Je me suis plutôt bien débrouillée au final .
Soyez tolérants , je vous offre un "Prime" en plus !

Parce que peut être neuf sont ils , ça mystère encore! mais ça va , ça vient et pour la première fois depuis six ans , ce nichoir si près de la maison , juste à la fenêtre de la cuisine , est habité .Oh joie!!!

Neuf  comme nouveau , ça se joue ! Alors présentation du dernier arrivé au jardin.
Le physocarpus "Little Angel " qui au débourrement ressemble à "Amber jubilée" mais devient pourpre ensuite .En remplacement du berbéris "Orange ice " qui s'est desséché l'été dernier.






dimanche 28 avril 2019

Rencontres du troisième type .La mare (2)

Il se passe d'étranges choses au "Gré du jardin" . Âmes sensibles s'abstenir !
Des êtres "mi plante, mi animal  "se sont installés au bord de la mare .
En une heure de temps, les voilà incrustés , attendant leur repas comme des affamés .

Voyez par vous même ,approchez ! pas trop près ! qui sait s'ils ne vous prendraient  pas pour un insecte quelconque  !
On les surnomme  "les plantes  carnivores ", alors faisons gaffe !
N'ont elles pas un look extravagant et fascinant ?
Elles émergent d'un lit de tourbe blonde de sphaigne pour l'acidité , mélangé à du sable pour le drainage , en situation un peu abritée avec quelques heures de soleil par jour , matin et soir .

J'avoue que ces petits monstres extraordinaires me donnent un peu des suées froides. .Je n'y connais rien ! Je visite donc le net !

Voici la famille des Dionaea  et là je suis un peu dubitative quand à la rusticité .
C'est la gobe mouche de Vénus  , on la dit selon les sites entre - 5° et - 15° .Il y a quand même une sacrée différence !


S'en suit la famille Droséra : là, je me dis "pas de problème" vu qu'en Auvergne, dans les tourbières de la Godivelle , nous avions suivi tout un parcours .
Oui mais pas toutes ! Et je lis que les Capensis gèlent à 0° . Pas de chance !!!Devrons nous les rentrer ou les protéger ?
Seules les variétés Intermédia , filiormis , anglica et rotundifolia sont rustiques jusqu'à - 20°
Bingo ! la Droséra x hybride  (intermédia xfiliformis ) a tout bon .Au moins une qui résistera .

Vous savez, les droséras, ce sont celles qui ont les feuilles couvertes de longs poils terminés par une goutte visqueuse , qui retient l'insecte .Des gentilles  quoi !Pas sadiques du tout !



Mais les plus excentriques font partie de la famille Sarracénias .
Avec  leur long tube dans lequel un liquide gluant noie les petites bestioles attirées par leurs couleurs plus affriolantes les unes que les autres . La noyade, mon cauchemar !Sont elles mignonnes ces beautés ! Avouez qu'elles ont du chien !


Et, côté rusticité elles sont à la hauteur .Venant d'Amérique du Nord, elles peuvent supporter jusqu'à - 25 ° Et là je respire enfin ! D'autant que ce sont les plus nombreuses.


Alors, si vous avez quelque expérience sur la situation de mes E.T.,  n' hésitez surtout pas à mettre votre avis .Tout conseil est le bienvenu .
Faites de beaux rêves !!!!